LA VÉNUS D'ILLE POUR COMMENCER

MAURICE PETIT, D'UNE VÉNUS À L'AUTRE

Le Printemps des poètes ne sera pas tout à fait clos puisque nous recevrons Maurice Petit lundi 21 mars,  juste après l'inauguration de l'exposition, à 18 h15,  sur les lieux mêmes où  de nombreuses autres Vénus l'attendront avec impatience.

Après avoir invité  (nouveau lieu culturel de Confluences à Montauban,  avec le succès que l'on imagine , il remettra la table le lundi 21 mars  pour une autre invitée, bien moins poétique que la première, puisqu'il s'agira de la Vénus d'Ille,  de Prosper Mérimée.

Encore un moment agréable à passer en compagnie de cet inlassable conteur qui nous fera entrer dans une histoire que l'auteur, alors inspecteur des Monuments Historiques  avait imaginée en 1833.  C'est en parcourant le pays, pour sa première tournée, qu'il se rendit près de Perpignan, où les archéologues  recherchaient des traces du culte de Vénus dans les Pyrénées, à Portus Vénéris ( Port Vendres). 

Mais c'est à Vienne,  un peu auparavant, puis en Bretagne l'année suivante, qu'il découvrit véritablement Vénus. Celle d'Ille étant imaginée.

Cette nouvelle fantastique  remit à jour un objet magique actif, qui se révéla même très actif  au fil des pages... que de mystères et que de situations  extra-ordinaires se succèdent montrant bien que la déesse de la beauté, des plaisirs de l'Amour, pouvait être aussi cruelle et impitoyable dans ses vengeances.... la noce qui se prépare dans la maison de M. Peyrehorade va quelque être contrariée...

la suite le lundi 21 mars à 18 h 15, salle d'exposition de l'ancien collège. Entrée libre